Tim Sautereau, artisan boucher

Tim Sautereau, artisan boucher

TIM SAUTEREAU, Artisan boucher

“ Un exemple de pour la formation ”

Facebook
Twitter

«Comment suis-je arrivé à la boucherie ?»

42 ans, marié, 3 enfants, j’ai fait une école de commerce, puis j’ai eu différentes expériences commerciales, dont 12 ans en tant que directeur commercial dans l’achat d’espace publicitaire, où j’avais en charge la mise en place de stratégies média à l’international. Peu à peu, j’ai eu envie de me lancer dans quelque chose de plus concret.

Etant également chasseur, j’ai toujours aimé découper les viandes au retour de la chasse, en faire des petits rôtis, des préparations appétissantes…

Source
Yves_Marie_LeBourdonnec

Mais la vraie révélation, je l’ai eue il y a 2 ans le jour où, en vacances chez mes parents, j’ai vu découper le cochon chez leur voisin agriculteur. Ça m’a marqué au point que j’ai commencé à me renseigner sur la boucherie. J’ai lu partout que c’était un métier pérenne, que beaucoup d’artisans bouchers partaient à la retraite et par conséquent, qu’il y avait des opportunités autour d’affaires à reprendre !

En revanche, pas question pour moi de faire n’importe quoi et d’être juste un revendeur de viande achetée à Rungis !

Je veux être un maillon de la chaine entre l’éleveur qui fait vraiment le gros du travail et le cuisinier qui va sublimer ce qu’on a transformé.Une amie à qui je parlais de mon projet m’a donné les coordonnées d’Yves-Marie et je l’ai appelé. Son discours m’a tout de suite plu, ça me paraissait fluide, plein de bon sens, tellement cohérent et proche de ce que je voulais faire ! Je lui ai dit que j’allais suivre une formation pour être d’abord « dégrossi » et opérationnel techniquement, avant de venir travailler avec lui.

J’ai donc préparé un Certificat de Qualification Professionnelle et suis resté en contact avec Yves-Marie. Une fois mon diplôme obtenu, il m’a dit « chose promise, chose due : j’ai une place pour toi ». Banco !

Mon idée aujourd’hui, c’est de m’installer sous la marque ombrelle « Le Bourdonnec » pour pouvoir travailler avec les mêmes éleveurs et offrir exactement la même qualité de viande tout en proposant un service de proximité car je suis convaincu de la pertinence de son système.

Source
Yves_Marie_LeBourdonnec

Adresse Boucherie Paris 14ème
Hugo Desnoyer
25, rue Mouton-Duvernet,
75014 Paris
Tél. : 01 45 40 76 67

Adresse Boucherie  Paris 16ème
Hugo Desnoyer
28, rue du Docteur-Blanche
75016 Paris
Tél. : 01 46 47 83 00

J’ai fini par trouver un fonds de commerce qui me correspond, 25 rue Ramey dans le 18ème, au pied de Montmartre. Le local fait 90m2, la moitié en boutique, le reste pour les frigos et l’arrière-boutique. Je garde avec moi l’employé qui y travaille depuis des années.

Ce que j’ai appris chez Yves-Marie : le respect du produit.

En effet, derrière chaque beefsteak, entrecôte et autre volaille, se cachent des hommes qui ont fait un travail formidable pour nous mettre entre les mains ces produits. Il est de notre devoir de les respecter et les sublimer pour que leur histoire puisse se ressentir dans l’assiette de nos clients.

Ce que je vais proposer en boutique : Montmartre, ça ressemble un peu à Asnières, il y a une clientèle familiale existante, mais aussi un autre public que nous allons tâcher de faire venir chez nous. Tout le monde n’a pas les moyens d’acheter tous les jours une côte de bœuf, alors l’idée, c’est que chacun puisse trouver son bonheur à tous les prix et pour tous les goûts, toujours avec une qualité constante. Et bien entendu, j’ai prévu une chambre de maturation comme dans les autres boutiques d’Yves-Marie avec un mur transparent qui permettra de voir les côtes maturer…pour voir concrètement à quoi ça ressemble.

Source
Yves_Marie_LeBourdonnec

 Timothée, ex-directeur commercial, boucher

«J’ai une formation commerciale. Avant de devenir boucher, j’ai été cadre pendant 12 ans chez Carat, une agence de conseil médias, puis dans une entreprise australienne spécialiste du marketing promotionnel. J’étais en charge, au bureau parisien, de Danone, Kellog’s ou encore Coca-Cola. Chez Carat déjà, j’avais l’impression que j’avais fait le tour, que je tournais un peu en rond. Mais c’est une passion pour la viande, et une rencontre, qui m’ont décidé à me reconvertir dans la boucherie. Je suis chasseur. J’ai toujours pris un grand plaisir à découper la viande après la chasse. L’élement déclencheur a eu lieu au Nouvel an il y a deux ans, en observant des agriculteurs tuer le cochon. Cela me plaisait, des amis m’ont conseiller de creuser. C’est à ce moment que j’ai rencontré Yves-Marie Le Bourdonnec. Je me suis senti complètement en phase avec lui. J’ai obtenu le congé individuel de formation pour me reconvertir, mais l’annonce de mon départ a provoqué la fermeture de notre bureau. J’ai finalement été licencié. Inscrit à Pôle emploi, j’ai pu entreprendre une formation qualifiante d’un an compatible avec les allocations chômage. Après un passage dans l’une des boucheries d’Yves-Marie Le Bourdonnec, j’ai ouvert ma propre boutique début septembre, rue Ramey, dans le 18e arrondissement de Paris».

Source : Lefigaro

YM – Timothée Sautereau
25 rue Ramey 75018 Paris
Tel+33(0) 1 42 64 78 71

Horaires d’Ouverture du Mardi au Samedi de 9h00 à 13H et de 15h30 à 19h30

Photos

Vidéos

Une reconversion d’exception pleine de Partage et d’Echange, Tim Sautereau

Interview du mai 2014

Reconversion vers la boucherie, formation CQP Boucher

Interview de juin 2012

Et si la boucherie devait apprendre à ne pas être bégueule…