licence pro boucherie

licence pro boucherie

0 1045

Une licence pro boucherie pour monter en gammes

Les acteurs du projet parmi lesquels Patrice Priser, directeur de l'Isffel, Jean François Guihard, président de la Confédération française de la boucherie, Thierry Duval, président d'Interbev Bretagne, Yvan Leray, directeur de l'IUT de Brest, et Olivier Mével, maître de conférences à l'UBO, et Emmanuelle Dupont, directrice d'Interbev.Les acteurs du projet parmi lesquels Patrice Priser, directeur de l’Isffel, Jean François Guihard, président de la Confédération française de la boucherie, Thierry Duval, président d’Interbev Bretagne, Yvan Leray, directeur de l’IUT de Brest, et Olivier Mével, maître de conférences à l’UBO, et Emmanuelle Dupont, directrice d’Interbev.

Les métiers de la boucherie montent en gamme. Les professionnels de la filière bovine annoncent le lancement à la rentrée 2017 d’une licence professionnelle en alternance « commerce boucher manager ».

Manager de rayon, chef de produit, artisan boucher, responsable de production, chargé de développement : cette nouvelle licence « Pro », proposé à une trentaine d’étudiants (un groupe à Brest-Isffel de Saint-Pol-de-Léon et un autre à Paris-Montreuil) a pour but de former les futurs cadres des entreprises de la filière des métiers de la viande. Cette formation, qui sera dispensée sur un parcours de 18 mois, aboutira à la délivrance d’un certificat de qualification professionnelle de technicien boucher ainsi que d’un diplôme d’État en management.

Une montée en gamme, que souhaitait ardemment Jean-François Guihard, le président de la Confédération française de la boucherie. « Cette licence était une priorité pour les artisans bouchers car elle permettra de tirer le métier vers le haut. Certaines entreprises qui ont plusieurs points de vente ont besoin de managers. Cette montée en compétence devrait aussi faciliter la reprise de nos boucheries car elle rassurera les banquiers. »

Meilleure insertion

 

En plus de la formation technique qui prépare à l’activité de boucherie (désossage, piécage, ficelage)… la licence pro apporte de nombreuses connaissances complémentaires fournissant à l’étudiant les clés pour appréhender le métier ainsi que la filière viande dans sa globalité : ressources humaines, marketing, management, gestion comptable et financière, logistique, achats.

Pour Olivier Mével, maître de conférence à l’Université de Bretagne occidentale et responsable pédagogique de la licence professionnelle commerce et distribution, une formation tirée vers le haut signifie une meilleure employabilité. « L’université n’apportera non pas les compétences mais les connaissances qui permettront à l’étudiant de s’insérer plus facilement dans le monde professionnel. »

Pour les éleveurs, la nouvelle licence pro comble un manque en matière de communication au consommateur. « On cherche des ambassadeurs pour parler de nos produits aux consommateurs. À l’aspect technique, on souhaite ajouter un apport émotionnel et intellectuel », explique Thierry Duval, éleveur de vaches limousines dans le Morbihan et président d’Interbev Bretagne, l’interprofession à l’initiative de cette nouvelle formation.

La boucherie est un secteur porteur. En France, 4.000 postes sont à pourvoir par an. Mais le métier, réputé dur et exigeant, ne fait pas forcément rêver les jeunes. Il va falloir donc les convaincre d’autant qu’il nourrit plutôt correctement son homme (ou sa femme). « Un jeune qui sort du Cap gagne 1.500 euros brut à 18 ans. Et sur un poste à responsabilité cela monte très vite. Le titulaire d’une licence pro devrait démarrer autour de 2.000-2.500 euros brut », note Yvan Leray, directeur de l’IUT de Brest.

 

Ecole : www.isffel.fr

Source : © Le Télégramme

Pas de Commentaire

Laissez un commentaire