l’étiquetage de l’origine des viandes est remis en cause

0
696

A peine publié, l’étiquetage de l’origine des viandes est remis en cause

Le Parlement européen pourrait demander à la Commission européenne de revenir sur son tout récent règlement relatif à l’étiquetage de l’origine des viandes porcines, ovines et caprines. La résolution adoptée ce 22 janvier par la commission « environnement » du Parlement sera à l’ordre du jour d’une session plénière en février. Toutefois, la Commission européenne ne sera pas tenue, juridiquement, de prendre en considération les objections du Parlement. Qui plus est, la Commission a rappelé en séance

qu’elle avait respecté son mandat et que sa proposition a été adoptée par une majorité des Etats membres. Le rapport qui sera à voter par le Parlement précise que « même s’il n’est pas en soi un outil de lutte contre la fraude alimentaire, l’étiquetage du pays d’origine peut aider à assurer une meilleure traçabilité […], rétablissant ainsi la confiance des consommateurs » et invite la Commission « à présenter rapidement ses actes d’exécution relatifs à l’étiquetage de la viande fraîche de porc, moutons, chèvres et de la volaille, en s’inspirant des règles déjà applicables au bœuf non transformé et au veau » en prenant en compte « les lieux de naissance, d’élevage et d’abattage ». Il rappelle aussi que le Parlement a déjà appelé à l’étiquetage d’origine de la viande dans les aliments transformés et « invite la Commission à présenter rapidement son rapport et des propositions législatives faisant de l’indication de l’origine de la viande dans les aliments transformés une obligation, tout en tenant compte de ses évaluations d’impact et d’éviter des coûts excessifs et des charges administratives». Une telle demande de revenir sur un règlement qui vient juste d’être publié est suffisamment rare pour être soulignée.