Dans le village de Haute-Rivoire, situé dans les monts du Lyonnais, les commerçants sont plutôt dynamiques. Et c’est le cas de Guy Richard, le boucher du village. Il explique comment l’idée innovante lui est venue de faire une boucherie itinérante dans un bus qui était plutôt destiné au transport de voyageurs. Rencontre.

Pouvez-vous vous présenter et nous expliquer comment a commencé l’aventure ?

« J’ai 47 ans, je suis marié et père de deux enfants. J’ai commencé mon parcours en ayant comme il se doit mes diplômes, CAP de boucher, cuisinier, pâtissier, en Lozère, dont je suis originaire. Puis j’ai fait l’armée. Ensuite, j’ai travaillé huit ans dans la restauration, sous forme de saisons en tant que cuisinier.

« Je fais moi-même les transformations »

Puis la boucherie a pris le dessus et j’ai passé quelques années en Suisse, dans la boucherie fine. Ensuite, j’ai voulu me mettre à mon compte et par hasard je suis arrivé à Saint-Laurent-de-Chamousset en 2006 où pendant des années j’ai tenu ma première boutique tout en faisant les marchés de la région. »

Comment et avec qui travaillez-vous ?

« Je travaille, avec des éleveurs locaux. Tous font partie du canton, et il y en a une quinzaine. Ils me fournissent en agneau, vache de races, Salers, Montbéliarde, Aubrac, Charolaises qui ont été élevées ici. Le veau est ici d’une qualité exceptionnelle. Je les travaille toute l’année, en faisant, et c’est important, toute la transformation moi-même. Pour moi, c’est primordial.

Alors voilà, c’est lancé, avec mon bus je fais les marchés de la banlieue Lyonnaise du mardi au dimanche. Je faisais avec mon petit camion les marchés du canton, mais, avec le bus ce n’est plus possible à cause de la place. Je dois aussi souligner que l’idée de cette boucherie itinérante m’a permis d’embaucher une caissière et un boucher à temps partiel. »

Source